Banksy en Palestine : l’espoir redonné grâce à des œuvres d’art engagées

Banksy en Palestine : l’espoir redonné grâce à des œuvres d’art engagées

Tout le monde connaît le nom de Banksy, le street artiste anonyme de Bristol devenue une star mondiale pour ses œuvres d’art atypiques. Le personnage l’est aussi ; de graffeur en Angleterre à cinéaste talentueux, en passant par des performances artistiques uniques. Il a notamment créé et ouvert un parc d’attraction nommé Dismaland en 2015 pour condamner la situation des migrants ainsi que leurs intégrations par les autorités européennes. C’est toutefois en août 2005 que l’artiste urbain a fait sa première œuvre engagée. Il conçoit 9 images sur la barrière de séparation israélienne pour dénoncer la construction de ce mûr de la honte, et redonner espoir aux Palestiniens. Depuis Banksy est revenue à de nombreuses fois sur place et a ouvert en 2017 l’hôtel Walled Off à Bethléem avec vue sur le mûr de séparation. Focus sur cet artiviste en Palestine.

Juillet 2005 : Projet Santa’s Ghetto

Dans le but de dénoncer le mur autour de la bande de Gaza construit en 2002, Banksy réalise neuf pochoirs fresques murales dans l’enclave palestinienne en juillet 2005. Le projet Santa’s Ghetto dénonce l’effigie de ce mûr qui sépare les peuples tout en donnant un message d’espoir aux peuples asservis. Il a lieu un an après le jugement de la Cour internationale de justice de La Haye qui condamne le mur de séparation. La plupart des fresques murales sont réalisées de jour pour être identifié comme des touristes par les soldats israéliens qui surveillent la clôture. Cet art attack sur la barrière de séparation israélienne a eu un retentissement mondial et a permis à tous de se rendre compte des conditions des Palestiniens enfermés dans la bande de Gaza. Découvrez dans la vidéo ci-dessous les images de l’artiste en train de réaliser certains modèles :

Début 2015 : Welcome to Gaza

En 2015, Banksy met en ligne sur YouTube la vidéo make this the year you discover a new destination qui est tourné dans l’enclave palestinienne. Sa venue à Gaza s’est faite clandestinement grâce à l’accès à un tunnel souterrain. Dans la vidéo nous pouvons apercevoir plusieurs œuvres artistiques réalisées dans les décombres d’une ville défigurée. Banksy montre ainsi le résultat des nombreuses confrontations et représailles entre Israël et Gaza qui s’est traduit par des centaines de tirs de roquettes en 2014. Cette vidéo ironique se veut de favoriser le tourisme à Gaza.

Mars 2017 : le Walled-off hotel à Bethléem

En mars 2017, le Walled Off Hotel est ouvert au public. Situé à Bethléem, l’hôtel de luxe est situé en face du mur de séparation qui sépare les deux entités. Cet établissement propose 4 types de chambres : la chambre “Artist”, “Scenic”, “Budget”, ‘Presidential”. Les prix vont de 60$ à 965$ la nuit. En plus des chambres, le Walled-Off Hotel dispose d’une galerie d’art, d’un musée, d’une librairie et d’une boutique. Et il est possible de suivre des cours pour apprendre à peindre ou faire un graffiti. Tous les fonds récoltés sont par la suite utilisés pour favoriser les projets locaux. Chaque pièce de cet hôtel est décorée d’une manière unique. Réservez votre chambre dès aujourd’hui sur le site officiel de l’hôtel en suivant ce lien.

Banksy palestine : ouberture du Walled Off Hotel en 2017

Banksy : Artiviste ou artiste engagé ?

Les deux notions sont proches. Un artiste engagé est une personne exploitant un art au service d’une cause. Un artiviste désigne un artiste qui dénonce et résiste à une injustice sociale. Un artiviste est donc forcément un artiste engagé. Ce qui le distingue c’est la manière de le faire (choix d’endroits proches des lieux dénoncés ou utilisation de matériaux réutilisés sur place) et les messages envoyés (résistance et formulation de proposition).

En Palestine, Banksy plaide pour la justice, la paix et la liberté du peuple palestinien vivant à Gaza dans des conditions de pauvreté extrême. La réalisation de graffiti sur ces territoires symboliques montre l’engagement du street artiste pour une évolution des relations entre Juifs et Musulmans. Cette préoccupation politique se retrouve dans des messages remplis d’humour et d’amour, comme la célèbre fresque d’un manifestant jetant un bouquet de fleurs.

Fermer le menu