Sama Abdulhadi : la première DJ Techno palestinienne

Sama Abdulhadi : la première DJ Techno palestinienne

Depuis déjà plusieurs années, Sama Abdulhadi parcourt les plus grands clubs du monde entier sous le nom de scène de Skywalker. Pourtant, tout n’a pas été facile pour la DJ palestinienne. Elle a en effet dû faire face aux différentes guerres qui ont touché la Palestine, mais aussi aux traditions profondément ancrées en Palestine.

De la techno à Ramallah

En 2006, lorsqu’elle a commencé à exercer comme DJ, Sama Abdulhadi n’a pas rencontré le succès escompté. Elle raconte en effet que lors de sa première soirée à Ramallah, alors qu’elle mixait de la techno dans un bar, tous les clients sont partis. La Palestine était en effet plus habituée à des styles musicaux tels que la darbouka et les chansons arabes. Cependant, au fur et à mesure des années, la jeune génération palestinienne s’ouvre à de nouvelles cultures, ce qui fait que la techno s’est démocratisée et on en entend maintenant tous les week-ends à Ramallah.

Enfant, Sama Abdulhadi se démarquait déjà des autres filles. Elle était en effet plus proche des garçons, avait les cheveux courts et jouait au foot. Elle était donc bien loin des conventions imposées par la société. Alors qu’elle est maintenant parvenue à faire ses preuves, elle a réussi à se faire une place dans le monde de la musique. C’est notamment grâce à son expérience, mais aussi à ses études. Elle a en effet étudié l’ingénierie du son et la production de musique d’abord au Liban, puis à Londres.

Une DJ palestinienne dans un monde d’hommes

Si vous rencontrez Sama Abdulhadi, évitez de l’appeler Djette. Comme la plupart des femmes DJ, c’est un terme qu’elle n’apprécie guère et qui est plutôt assimilé comme « petit DJ ». C’est sans aucun doute la conséquence d’évoluer dans un monde très masculin. En effet, si les femmes DJ s’imposent de plus en plus dans les différentes soirées, ce n’est pas encore le cas dans tous les festivals de musique techno. En effet, dans ces derniers, les femmes sont minoritaires et sont rarement tête d’affiche. Cependant, les choses sont peu à peu en train de changer, notamment grâce à l’initiative de Smirnov. La célèbre marque de vodka s’évertue en effet à favoriser l’éclosion de femmes DJ. Leur objectif est de doubler le nombre de femmes DJ dans ce type d’événement d’ici 2020.

La première DJ palestinienne Sama Abdulhadi

L’électro arabe se développe depuis les révolutions

Depuis les révolutions qui ont eu lieu ces dernières années au Maghreb et au Moyen Orient, la mentalité de ses pays ont changé. La jeunesse veut en effet profiter de la vie, notamment en sortant et en faisant la fête. Cela a permis à de jeunes talents d’émerger. C’est bien évidemment le cas de Sama Abdulhadi, mais aussi de l’Égyptienne Nur ou des Tunisiennes Missy M ou Missy Ness. Pour la Palestine, cette émergence de nouveaux talents est aussi un moyen de montrer une bonne image de ce pays, comme c’est le cas avec la participation de l’équipe nationale de football à la dernière Coupe d’Asie.

Fermer le menu